La ludification consiste à transposer les mécaniques du jeu dans un domaine non-ludique, pour résoudre des problèmes de la vie réelle.

En donnant à nos stagiaires les rudiments pour faire un bon joueur, nous transmettons la théorie du succès.
Chez Adjuvamus, nous ne limitons pas la ludification pédagogique aux seuls ressortissants de la génération « post-numérique » mais étendons le recours aux apprentissages par le jeu à tous les publics lorsque cette démarche présente des avantages sur un enseignement plus traditionnel.

Le déconditionnement par la ludification

Faire rentrer l’apprenant dans un jeu va lui permettre de se déconnecter de ses a priori et des comportements stéréotypés du groupe auquel il s’apparente.
Favoriser la coopération interpersonnelle pour faire face à la problématique proposée est un autre apport essentiel du jeu pédagogique.
Après avoir fixé les règles d’un jeu pédagogique et exposé les facteurs de succès aux apprenants-joueurs, la mécanique du jeu et l’animation-modération d’une partie de jeu permet :

  1. de rendre chacun actif et attentif ;
  2.  de favoriser les comportements sociaux (collaboration, partage des valeurs, entraide…) ;
  3. de récompenser les comportements positifs.

Stimuler la créativité

En stimulant l’imagination des joueurs, l’apprentissage favorise l’émergence de solutions novatrices : dans le jeu, l’excentricité et les essais sont permis. Ceux qui s’abandonnent au jeu, dans le sens noble, contribuent à inventer le futur, plutôt que de tenter de le prédire, puis de suivre le courant principal.

Le jeu vecteur d’espoir dans des changements positifs

Le joueur exerce les pouvoirs de son rôle et peut tester l’impact positif de l’enthousiasme qu’il déploie pour convaincre et entraîner les autres joueurs dans une stratégie de victoire.

La contradiction, dans le cadre du jeu, aide l’apprenant à adapter ses points de vue et à moduler sa stratégie, en privilégiant le pragmatisme plutôt que l’idéologique.

Favoriser les comportements sociaux

La compréhension mutuelle de personnes ayant joué (ensemble) est améliorée par la création de liens sociaux autour d’enjeux faibles, mais régis par les règles du jeu et par la nécessité d’élaboration d’une stratégie.
L’amélioration des comportements sociaux (confiance réciproque et collaboration) des joueurs découle :

  • du temps passé ensemble autour du jeu ;
  • du respect des règles ;
  • du partage d’objectifs.

Gamification et psychologie

Chez Adjuvamus, nous intégrons la fiction et le récit dans notre approche pédagogique parce que, naturellement, le cerveau humain préfère les histoires aux faits.
L’apprentissage par la fiction et le jeu permet de faire appel à l’émotion du joueur, de stimuler sa concentration et parfois sa réaction dans l’urgence.
Par une mécanique de jeu adaptée au niveau de chaque apprenant, qui peut dès lors réussir à atteindre des objectifs, puis être sanctionné d’une récompense ou du passage à un niveau de jeu plus élevé, nous induisons l’idée selon laquelle celui qui, aujourd’hui, voit sa réussite reconnue dans le jeu, pourra, demain, être aussi bon dans la « vraie vie », dans son action professionnelle que dans un contexte ludique.
Les dialogues ludiques et une modération judicieuse donnent à chacun un rôle actif et la possibilité d’un « feedback » positif, ainsi que la reconnaissance publique des efforts et progrès accomplis. Autant de notions qui ramènent à l’enfance et à l’école et viennent conforter la psychologie de l’enfant qui sommeille en chacun des apprenants adultes.

Dans un jeu, tout est possible

« Jouer le jeu » c’est penser avoir une chance de gagner. Il s’agira pour le joueur de transposer, plus tard, en situation réelle, les comportements qui ont favorisé sa réussite dans l’apprentissage ludique.
Le jeu collectif permet d’apprendre à résoudre des problèmes ensemble.
Mais, dans notre approche de la gamification de la formation, nous nous attachons à créer des personnages (rôles) très différents, correspondant aux divers niveaux des individus, pour permettre à chacun de franchir ostensiblement des paliers de compétences.
L’attribution de rôles à des personnes ou à des équipes sert aussi à créer des « contre-emplois », afin de mettre des apprenants en situation de réfléchir selon des points de vue qui contrastent avec leurs postures professionnelles classiques.

Le jeu apporte ce qui manque à la vie réelle

Bien au-delà de la désignation des vainqueurs et des vaincus, la stratification des niveaux de jeu permet de démontrer que la persévérance est payante. Dans le jeu pédagogique, l’anxiété de l’échec, la frustration de la défaite et le cynisme sont atténués par l’absence de conséquences réelles.
Les situations professionnelles réelles sont, en général, peu jalonnées d’étapes formalisant la performance individuelle. Dans la vie réelle, la reconnaissance ou la critique objective sont rares. Par la mécanique du jeu, autour d’objectifs et de règles, la reconnaissance explicite des bons comportements permet de réassurerla confiance en soi des individus et de marquer l’avantage des comportements sociaux positifs par rapport au repli sur soi.
L’apprentissage par le jeu permet de préciser l’avantage des comportements sociaux collaboratifs sur l’individualisme et de reconnaître l’honnêteté qui prévaut, chez la plupart d’entre nous, sur le cynisme.

Le jeu pour sortir de « l’échelle du poste »

Le jeu rend heureux. Par la détente, en faisant appel à l’imagination et à l’ingéniosité du joueur, le jeu permet de grandir ce dernier en lui offrant l’occasion de sortir du poste dans lequel il est (ou se croit) cantonné.
Le joueur est ainsi amené à réfléchir à son environnement, ce qui l’amènera à la conscience du sens et de l’utilité de sa contribution à la performance de l’ensemble de son organisation d’appartenance.

Quelques exemples de jeu pratiqués chez Adjuvamus

1/ Jeu de survie

Mise en situation aléatoire de pénurie
Des artistes, des financiers, des artisans, des enfants, des voyous … sont mis en situation de manque (argent, énergie, nourriture, … ) selon un tirage aléatoire (parcours type jeu de l’oie). Selon les cases atteintes, chacun dans son rôle devra :

  1. Etablir le constat et les conséquences de la pénurie sur la vie des autres rôles;
  2. Bâtir une stratégie sommaire de survie favorisant le plus grand nombre
  3. Prioriser la répartition des rares ressources existantes.

La qualité des réponses apportées sera jugée à l’aune d’un référentiel fourni par l’arbitre et éventuellement soumise à un jury « populaire » de joueurs.
Une équipe avancera ou reculera sur la grille, selon le nombre de points attribué à sa réponse.

2/ Quizz

Individuellement ou par équipe « des Questions pour un Champion » ou « Qui veut gagner des Millions ? » sont organisés pour mesurer, en cours de formation, le degré d’acquisition des notions clés.

3/ Les mots croisés

Nous utilisons les grilles de mots croisés pour vérifier le niveau d’appropriation du vocabulaire-clé et de la définition des termes propres d’un domaine, en début de formation ou lorsqu’il s’agit d’aider les apprenants à se remettre à un travail individuel, au calme, après un temps d’échange.

4/ Vis ma vie

Les participants tirent une carte au hasard, qui définit une situation professionnelle qu’ils doivent décrire et pour laquelle ils doivent proposer un plan d’action.
Nous recourons à ces mises en situation chaque fois qu’il est nécessaire d’amener l’apprenant à prendre en considération des paramètres professionnels qui ne lui sont pas familiers. Il s’agit d’aider le stagiaire à intégrer à son raisonnement, des contraintes auxquelles il n’aurait pas pensé spontanément.
Selon les cas, des intervenants supplémentaires sont introduits dans le jeu, sur désignation du formateur.

Voir aussi :
Positionnement du stagiaire avant l’entrée en stage – Préparation de l’admission

Procédures d’évaluation à la sortie de la formation