La plupart des petites sociétés, des indépendants, des entrepreneurs en nom-propre et des professions libérales, bref les TPE ne sont pas tenues  de soumettre leurs comptes à un expert-comptable.

Cette absence d’obligation n’exonère pas le chef d’entreprise de sa responsabilité de gestion et de tenue de comptabilité. Or la comptabilité n’est jamais un talent inné. Mais on peut prendre des cours de comptabilité, pratiques et directement utiles.

Avant ‘d’internaliser’ la comptabilité, il convient de se poser des questions simples, mais dont la réponse n’est pas si évidente.

Répondre objectivement à la check-list suivante vous permettra d’évaluer vos chances de vous débrouiller… au terme d’une formation, évidement. La comptabilité n’est pas une question d’art et d’essais.

  1. Suis-je capable de dresser l’agenda des tâches comptables et fiscales obligatoires qui incombent à mon entreprise ?
  2. Suis-je assez lucide pour faire le tri entre les tâches que je saurai réellement mener à bien durablement et ce qui sort définitivement du champ de mes compétences ?
  3. Serais-je toujours rigoureux pour tenir les échéances déclaratives et de paiements ?
  4. Aurais-je la volonté d’affronter de manière solitaire les soucis liés à la « paperasserie » ?
  5. Qui acceptera de m’aider si les choses devient plus complexes (croissance rapide, contrôle URSSAF et fiscal, besoin de tableaux de pilotages, …) ?
  6. Suis-je prêt à investir dans une formation en comptabilité et gestion ?

En vérité, l’établissement d’une liasse fiscale annuelle, via le système TDFC (télétransmission des données fiscales et comptables), les relevés des caisses sociales et les divers bordereaux récurrents de taxes et impôts sont si complexes pour les comptables peu expérimentés qu’il est indispensable d’obtenir de temps à autre l’aide d’un professionnel. Même les pros ne restent pas seuls devant les incessantes modifications comptables, fiscales et sociales qui concernent nos entreprises. Et le choc de simplification ne diminue pas vraiment les obligations de comptabilité des petites entreprises.

Par contre, les dirigeants de TPE peuvent se former (ou former un employé) pour traiter les opérations comptables quotidiennes : factures d’achats et de ventes, relevés de banque, etc. Ils peuvent alors assumer la tenue à jour de leurs comptes dans un logiciel de comptabilité et réserver une mission de contrôle, de conseil et de clôture à un expert-comptable.

Avantages liés au maintien de la comptabilité en interne

Lorsque la saisie de la comptabilité au jour le jour est maintenue dans l’entreprise, le dirigeant imprime son propre tempo sur le traitement de ses documents et s’implique davantage dans la gestion; il sait aussi précisément ce qu’il confie ensuite à son conseil, ce qui contribue à des échanges plus intéressants avec le professionnel des chiffres.

Lorsque la saisie des écritures courantes est réalisée en interne,les  honoraires de l’expert-comptable sont réduits : une saisie comptable et des justificatifs comptables bien rangés au sein même de l’entreprise facilitent le travail du cabinet d’expertise qui va intervenir pour finaliser la comptabilité et optimiser les contraintes fiscales.

Lorsque la comptabilité est faite dans l’entreprise, les dirigeants assoient leur crédibilité auprès des tiers : les requêtes administratives d’un client ou d’un fournisseur, par rapport à la position de son compte, trouvent réponse immédiatement, dès lors que les opérations courantes sont mises à jour au fil de l’eau.

L’avis de votre centre de formation :

Saisir la comptabilité courante d’une petite entreprise ? C’est tout à fait faisable pour qui ne se surestime pas et sait demander conseil ou déléguer quelques tâches plus complexes. Un patron ou un employé sérieux, prêt à se former à l’utilisation d’un progiciel comptable et aux écritures d’exploitation courantes dans son activité peut acquérir un niveau technique suffisant pour tenir par lui-même une grande partie de la comptabilité d’une petite entreprise.

Mais il est illusoire de penser pouvoir gérer une entreprise tout seul. Ce constat ne concerne pas que la comptabilité. Un entrepreneur doit savoir s’entourer un minimum.

Faire sa comptabilité soi-même ? Oui, mais il faut apprendre !