La publication des comptes annuels des entreprises est une obligation. Cet article inaugure une série qui va vous aider à démystifier la lecture du bilan comptable et du compte de résultats, dont l’interprétation est surtout une question de logique.

etats-financiers

N’ayez pas peur de ne pas réussir à déchiffrer des comptes sociaux aussi bien que votre expert-comptable ou un banquier. C’est une question de logique et quelques réflexes à acquérir.

Pourquoi les comptes annuels sont-ils normalisés ?

Vous comprenez que si chaque chef d’entreprise choisissait ce qu’il comptabilise ou pas dans ses comptes, chacun ferait en sorte de déclarer les chiffres qui l’arrangent, notamment pour limiter les impôts dus.

Lire les états financiers d’une entreprise ou d’une association, c’est “un coup à prendre” puisque ceux-ci sont normalisés. Cela veut dire que toutes les organisations économiques du pays doivent respecter les mêmes règles de comptabilité, puis de présentation de leurs arrêtés comptables.
Cette standardisation présente l’avantage de permettre la comparaison des entreprises entre-elles, mais ce n’est pas tout : en obligeant les entreprises à utiliser des règles d’évaluation identiques pour calculer leurs résultats, bénéfices ou pertes, la Loi place les entreprises à égalité devant l’impôt.

La normalisation des comptes est un instrument d’équité fiscale et d’informations statistiques.

Normalisés, les états financiers représentent une synthèse de la vie de toutes les organisations économiques, dont la rédaction est obligatoire une fois par an. Toutes les entités économiques, (entreprises, associations, syndicats, …) établissent leur bilan et leur compte de résultats à la fin de chaque exercice comptable. Ce faisant, elles publient des renseignements sur leur patrimoine et sur le rendement de leurs activités de l’année écoulée. Ainsi, toute personne en affaire avec elles peut puiser des informations utiles dans les arrêtés comptables rendus publics.

Les banques et fournisseurs ou prestataires se servent des comptes pour éviter de s’engager avec un mauvais payeur, les clients vont les lire pour savoir s’ils ne risquent pas de passer commande à une entreprise au bord de la faillite, et, on l’a dit, l’Etat va se servir des états financiers annuels pour vérifier la régularité des comptes et du versement des taxes et impôts.

formation en vidéo (FOAD) : apprendre à lire un bilan et un compte de résultats

Les salariés de l’entreprise, eux, sont bien-sûr intéressés par des informations officielles au sujet de la santé financière de leur employeur. Dans les entreprises dont l’effectif salarié est important, des obligations d’information incombent d’ailleurs à l’entreprise, quant à la situation financière et aux éventuels risques sociaux qui pourraient en découler. Le Comité Social et Economique (anciennement le Comité d’Entreprise) est composé de représentants du personnel mandatés par leurs collègues pour recevoir des informations et échanger avec l’employeur dans un contexte déterminé par le droit du travail.

Quant aux dirigeants d’entreprise ou d’associations, ils disposent, eux, au moins une fois par an, d’une synthèse chiffrée du patrimoine (le bilan comptable) et de la rentabilité des moyens d’exploitation (le compte de résultats), ce qui va leur permettre d’adapter les orientations stratégiques.

Cet article est le 1er d'une série hebdomadaire pour apprenre à lire un bilan et un compte de résulats. Tous ont été rédigés par Thierry Goemans, Consultant et Formateur en gestion.
Entreprises : votre bilan annuel est votre bulletin de santé