Parfois, les entrepreneurs débutants ou porteurs de projet ont du mal à dessiner distinctement le cycle d’exploitation (achats et ventes) et le cycle de trésorerie (encaissement de la recette et décaissement des dépenses).

Pourtant, les conséquences d’un manque subit de trésorerie sont souvent mortifères; il est donc essentiel de tout mettre en oeuvre pour prévenir l’insolvabilité.

manque de trésorerie

Pour une entreprise commerciale, facturer des ventes n’est pas une fin en soi. Le but assumé est d’encaisser le produit des ventes pour récupérer, à la fois une marge bénéficiaire, en plus de couvrir les dépenses d’exploitation.

Le meilleur modèle économique du monde

Du point de vue du cycle de trésorerie, le meilleur modèle économique est celui où les clients paient au comptant, voire à la commande, et dans lequel l’entreprise ne doit pas préfinancer des achats de stocks. Les boîtes cadeaux de type "Smartbox" exploitent magnifiquement ce principe ou les clients paient anticipativement 100% du prix d'une prestation.

Thierry GOEMANS

Comme ce modèle idéal n’est peut-être pas reproductible dans votre entreprise, je vous donne le conseil suivant : assurez-vous que, dans le cycle de trésorerie de l’entreprise, les stocks et créances clients se transforment assez vite en liquidités disponibles sur le compte de l’entreprise pour que vous puissiez payer vos fournisseurs, vos salaires ou vos sous-traitants (vos charges d’exploitation) dans les délais imposés.

Conséquences du manque de trésorerie pour les entreprises

Lorsque l’argent vient à manquer à l’entreprise, une spirale infernale peut s’engager :

  • l’entreprise peut-être en solde négatif à la banque, ce qui coûte cher en pénalités et inquiète fortement le banquier.
  • l’entreprise qui court derrière l’argent doit réduire les délais de paiement qu’elle accorde  à ses clients. Ce changement, difficile à mettre en œuvre, alerte les clients, qui risquent d’aller se faire servir ailleurs.
  • des règlements aux fournisseurs, ou pire, aux salariés ou à l’Etat sont retardés, voire faits en retard. Ici encore l’image de l’entreprise en prend un coup et des pénalités peuvent être calculées.

Ce qui est sûr c’est qu’un modèle économique qui ne génère pas assez de trésorerie ne génère jamais un sou pour se développer ou faire face à un coup dur et alors, parfois, c’est la faillite.

Nos articles sur les ratios de trésorerie (Fonds de Roulement et Besoin en Fonds de Roulement vous donneront les clés à maîtriser pour anticiper un manque de liquidité critique.

Pour remédier au déficit de trésorerie

Le recours à l’emprunt est envisageable, mais il est possible que le banquier considèrera que la capacité d’endettement d’une entreprise en difficulté est inexistante, à moins qu’un plan de redressement crédible l’ait convaincu. Bref, l’obtention de facilités de trésorerie dépend de l’appétence du  banquier pour le risque que son client lui présente.

En réalité, lorsque la trésorerie nécessaire pour faire fonctionner normalement une entreprise est insuffisante, la solution la plus vertueuse est de demander aux actionnaires d’augmenter leur mise (par une augmentation de capital). Lorsqu’un actionnaire augmente la somme d’argent qu’il risque dans son entreprise, il confirme la foi qu’il a dans le modèle économique. Inutile de dire qu’avant de renflouer les caisses, en participant à l’augmentation des Fonds Propres, un entrepreneur avisé doit avoir analysé les causes du manque de trésorerie et mis en place une restructuration du modèle économique afin que l’argent supplémentaire versé ne s’évapore pas pour les mêmes causes que celles qui ont justifié un nouvel apport de fonds propres.

Retrouvez, sur ce blog, tous les articles de notre série consacrée à la lecture du bilan des entreprises.

Conséquences du manque de cash – éviter l’insolvabilité